Groupe de travail « Le voyage des idées. Transmission et réappropriations en histoire de la philosophie »

Organisateurs : Gweltaz Guyomarc’h et François Thomas

Responsables : Christian Berner et Michel Crubellier

 

Prochaine séance : mercredi 11 janvier 2012, 15h-17h

Intervention de Charlotte Murgier : « Réappropriations du propre dans l’Antiquité »

Bât. B, salle Danielle Corbin, B4 146.

Résumé : L’idée d’appropriation (oikeiōsis) constitue un concept fondamental de l’éthique stoïcienne. On en souligne généralement l’efficace polémique dans la controverse opposant les Stoïciens aux Épicuriens sur la fin naturelle ainsi que la portée théorique dans l’explication du développement moral : elle y rend compte du passage de la conformité à la nature qui s’exprime dans la poursuite des premières tendances naturelles à la conformité entendue comme accord de la raison avec elle-même dans la sagesse.

Les interprètes relèvent aussi les difficultés qu’ils rencontrent tant pour proposer une traduction pleinement satisfaisante de l’oikeiōsis que pour en cerner les contours théoriques. Se tourner vers les usages de la notion de propre (oikeion) qui ont précédé l’élaboration stoïcienne de l’appropriation pourrait-il éclairer la constitution de ce concept ? En dépit des écarts entre ce qui apparaît comme un concept encore à construire chez Platon ou Aristote et la notion plus solidement articulée qui supporte la cohérence de la morale stoïcienne, il s’agira d’interroger les contextes dans lesquels intervient la notion de propre (oikeion) dans la philosophie pré-hellénistique, afin de mesurer ce que le stoïcisme a pu s’approprier du propre pour en faire un concept.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.