JE « Le langage et l’enfant entre 3 et 6 ans », 11 mai, 8h30-17h

Langage&enfantV8Journée d’étude « Le langage de l’enfant entre 3 et 6 ans : enjeux de l’intervention éducative, pédagogique et clinique »
Mercredi 11 mai 2016 (8h30-17h00)
Faculté de médecine – Pôle Recherche – Salle des congrès
(métro Oscar Lambret)

 Cette journée d’étude est organisée par 3 membres du laboratoire STL (Stéphanie Caët, MCF en Sciences du Langage dans le Département d’Orthophonie de Lille 2, Emmanuelle Canut, Professeur en Didactique des langues dans le Département de Sciences du Langage de Lille 3 et Mai Tran, orthophoniste et MCF en Sciences du Langage dans le Département d’Orthophonie de Lille 2). Elle a pour objectif de développer des échanges entre chercheurs, professionnels de santé et professionnels de l’éducation autour des problématiques liées au développement typique et atypique du langage.

Jusqu’à l’âge de trois ans, on note d’importantes différences individuelles entre les enfants quant à leurs compétences langagières, tant du point de vue phonologique que lexical ou morphosyntaxique. Ces variations peuvent s’expliquer par des facteurs internes ou externes à l’enfant. Après 3 ans, ces variations sont très peu mentionnées dans la littérature sur le développement du langage de l’enfant : est-ce parce qu’elles s’atténuent ? Autour de 3 ans en effet, l’enfant entre à l’école maternelle, où le langage oral est considéré comme une véritable priorité, inscrite au Bulletin Officiel. C’est grâce au langage oral que l’enfant va pouvoir acquérir des connaissances et des compétences dans tous les autres domaines scolaires (dont la lecture et l’écriture) et s’intégrer dans le système scolaire et auprès de ses pairs. Le langage contribue à la fois aux apprentissages et à la socialisation. L’école maternelle joue donc un rôle central dans l’atténuation des variations individuelles observées plus tôt. Pour favoriser le développement du langage des enfants, les enseignants peuvent mettre en place des activités pédagogiques spécifiques, comme des groupes de langage, des ateliers de découverte de livres …

L’entrée à l’école maternelle est également une étape clé pour permettre l’identification de retards ou de troubles du langage oral : parce que l’enfant s’insère dans un groupe de pairs du même âge auxquels il peut être comparé (par ses parents et par l’enseignant), parce qu’il est amené à communiquer avec des adultes différents de ses parents, des difficultés langagières peuvent se faire plus visibles qu’au sein du cocon familial. Dans le cas où les difficultés de certains enfants semblent trop importantes ou persistantes malgré la mise en place d’activités ciblées, les enseignants peuvent penser à les orienter vers le médecin scolaire et l’orthophoniste. Si certains enfants bénéficient de ce dépistage précoce, d’autres facteurs peuvent cependant être évoqués comme l’histoire familiale ou la scolarisation dans une langue et dans une culture différentes de celles expérimentées jusqu’alors. L’école a donc un vrai rôle à jouer pour permettre aux enfants présentant des difficultés ne relevant pas d’une pathologie de développer leurs compétences langagières, et pour permettre l’identification d’enfants nécessitant un suivi spécialisé.

Face à la diversité des situations et des profils d’enfants, les regards de différents professionnels (enseignants, orthophonistes, médecins, linguistes) sont nécessairement complémentaires. Chacun de ces professionnels peut lui-même s’interroger sur le regard qu’il porte sur le jeune enfant et sur la « norme » qu’il se représente pour cette tranche d’âge. Ensemble, ils peuvent concevoir des dispositifs éducatifs, pédagogiques ou thérapeutiques adaptés à chacune de ces situations.

L’entrée est libre après inscription avant le 4 mai 2016 à l’adresse suivante : inst-orthophonie@univ-lille2.fr

Voir le programme détaillé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *