Séminaire doctoral Interfaces 2014-2015

Séminaire doctoral Interfaces 2014-2015 « Variation, changement, diversité »

Coordinateurs : Dany Amiot & Cédric Patin

 

fleche rougeLundi 9 février 2015, 9h30-12h30 et 14h-17h, Université Lille 3, Maison de la Recherche, salle F0 13

Marie-Hélène Canu (Université Lille 1) : « Plasticité cérébrale : le cerveau en équilibre entre stabilité et changement »

Claire Louguet (Université Lille 3 / STL) : « Aristote et les théories pangénétiques du Vè siècle : enjeux métaphysiques d’un débat biologique »

flechejaune_droite_70voir le programme général

flechejaune_droite_70lire la suite (résumés des interventions)

Marie-Hélène Canu (Université Lille 1) : « Plasticité cérébrale : le cerveau en équilibre entre stabilité et changement »

Résumé : L’un des principes majeurs de la physiologie est l’homéostasie. Initialement proposée par Claude Bernard, cette notion renvoie à la capacité d’un système à conserver son équilibre et maintenir un niveau d’activité stable en dépit de contraintes qui tendent à le perturber. D’un autre côté, la majorité des travaux sur la plasticité neuronale est basée sur le postulat de Hebb qui propose que l’efficacité des connexions synaptiques les plus utilisées est renforcée. Cette apparente opposition entre homéostasie et mécanismes hebbiens, entre stabilité et flexibilité du cerveau, est la base des théories de l’apprentissage et la mémoire, tant dans les neurones « biologiques » que dans les réseaux de neurones formels des informaticiens.

Aujourd’hui, le concept de plasticité cérébrale dépasse le champ de neurosciences et s’invite dans d’autres disciplines comme la sociologie ou la linguistique. Les travaux récents, qui mettent en évidence les formidables possibilités évolutives du cerveau humain et sa capacité à se réorganiser, font de la plasticité cérébrale un outil puissant de rééducation, tant sur le plan moteur que cognitif, avec des applications dans de nombreux domaines (thérapies cognitives, prothèses, etc.).

Claire Louguet (Université Lille 3 / STL) : « Aristote et les théories pangénétiques du Vè siècle : enjeux métaphysiques d’un débat biologique »

Résumé : Le but de cette séance est d’étudier la façon dont Aristote construit sa théorie embryologique à l’interface entre la biologie et la métaphysique. On s’attachera ici à un sujet qui l’a particulièrement intéressé, celui de la génération de l’individu (spermatogenèse, embryogenèse, hérédité), et qui a été pour lui comme un laboratoire lui permettant de mettre à l’épreuve ses thèses métaphysiques. Si, en effet, les menstrues fournies par la mère sont comme une matière, et la semence fournie par le mâle ce qui transmet la forme, la génération d’un être naturel ne sera-t-elle pas semblable à la fabrication d’un objet artificiel, au sens où l’œuvre de l’artisan consiste à donner une forme à une matière dépourvue de forme ? En outre, si la femelle ne transmet que la matière, comment pourra-t-on expliquer qu’un fils ressemble à sa mère ? On pourrait croire que, sur ces deux points au moins, certains prédécesseurs d’Aristote ont apporté une réponse plus satisfaisante que la sienne : ces gens-là, en effet, soutenaient que les deux parents contribuaient à la génération et que leurs semences respectives provenaient de tout le corps (pangénétisme). Et pourtant, Aristote les critique avec force. Il s’agira de comprendre pourquoi.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.