Séminaire doctoral « Interfaces : les sentiments/les émotions »

Séminaire doctoral organisé par l’Ecole doctorale SHS et l’UMR 8163 STL

Responsables : Dany Amiot et Cédric Patin.

 

fleche rouge2ème séance : vendredi 14 mars 2014, 9h10-12h30 et 14h-17h

9h30-12h30 :  Emmanuel Taieb : « Le spectateur dégoûté. Sensibilités et dépublicisation des exécutions capitales sous la IIIe République »
14h-17h : Sylvain Billiard : « Peurs, désirs et bienveillance : une approche évolutionniste »

Université Lille 3, Bât. F, Maison de la recherche, salle F013.

Résumés

Emmanuel Taieb , Le spectateur dégoûté. Sensibilités et dépublicisation des exécutions capitales sous la IIIe République.

À partir du phénomène de « dépublicisation » des exécutions capitales tout au long de la IIIe République, cette intervention questionne l’idée que ce qui relève en apparence du somatique – les sensibilités fortes, comme le dégoût, par exemple – permet d’interroger les fonctionnements sociaux. Dans le cas particulier des exécutions, les réactions du corps des spectateurs font “quelque chose” à cette technologie punitive particulière. Il faut alors se demander à quelles conditions les sensibilités peuvent être travaillées dans une perspective de sociologie historique ; et à quelles conditions les émotions fortes ressenties devant un tel spectacle jouent un rôle dans sa suppression. On montrera ainsi que loin de s’exprimer de manière évidente, les “émotions d’échafaud” font l’objet d’une surveillance et d’une formalisation, qui les orientent vers ce qui seraient de “bonnes manières” » de voir ce spectacle sanglant.
14h-17h Sylvain Billiard, Peurs, désirs et bienveillance : une approche évolutionniste.
Le comportement animal, et notamment humain, est la conséquence d’un ensemble complexe de facteurs internes et externes : environnement, psychologie, informations, état neurologique et physiologiques, etc. Notamment, les différents comportements que l’on peut  observer peuvent être le fruit d’émotions : on fuit parce qu’on a peur, on prend des risques parce qu’on désire, on prend soin d’un individu parce qu’on l’aime, etc. Les fondements du comportement et des émotions ont une origine commune et partagée entre animaux : les systèmes moteurs, les neurones, les organes, les environnements sont en grande partie les mêmes, etc. et sont le produit de l’évolution biologique des organismes vivants. Ainsi, pour totalement comprendre nos émotions et comportement, il est nécessaire de comprendre pourquoi et comment ils sont apparus au cours de l’évolution biologique. Au cours de cette intervention, je présenterai ce qu’une approche évolutionniste peut apporter dans la compréhension des comportements et émotions, notamment chez l’homme, en me basant sur des exemples précis : peur, désir et bienveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.