Table-ronde autour du livre de B. Joly « Descartes et la chimie »

Responsables : Anne-Lise Rey et Philippe Hamou

 

Jeudi 29 mars 2012, 15h30-17h30 : table-ronde autour du livre de Bernard Joly « Descartes et la chimie », Vrin ( Mathesis)  2011.

UFR de philosophie, salle A3.301.

Interventions de Philippe Hamou, Luc Peterschmitt et Denis Kambouchner.

Bien qu’il n’y ait consacré aucun ouvrage, Descartes s’intéressait à la chimie de son temps, qui s’appelait aussi alchimie. On a souvent oublié cet aspect de ses recherches scientifiques, alors que les questions de chimie, fréquemment évoquées dans sa correspondance, trouvent leur place dans Les météores de 1637 et constituent l’essentiel de la quatrième partie des Principes de la philosophie. L’emboitement successif des histoires de la formation de l’univers, du système solaire et de la Terre conduit au récit de la formation des différents minéraux et des corps chimiques, dont les propriétés sensibles sont expliquées par les interactions mécaniques de corpuscules se distinguant les uns des autres par leur figure, leur taille, leur vitesse, leur dureté ou leur tranchant. Ces développements débouchent sur de longues considérations concernant la nature et les effets du feu.

Pour autant, loin de vouloir donner à la chimie le statut d’une science comparable à la mécanique ou à la médecine, Descartes s’est plutôt employé à réduire les opérations de la chimie à celles de la mécanique, contestant ainsi la spécificité des opérations et des concepts de la chimie de son temps. Le système cartésien ne pouvait en effet se satisfaire ni des « esprits » de la chimie, au statut ambigu entre matière et pensée, ni des principes paracelsiens, Mercure, Soufre et Sel, qui n’avaient d’autre consistance que les propriétés sensibles qu’ils manifestaient.

Se pose alors la question de la possibilité d’une chimie cartésienne. Le corpuscularisme de chimistes comme Robert Boyle ou Nicolas Lémery s’inspire davantage de la tradition alchimique et des recherches chimiques de l’époque que du cartésianisme. C’est en défendant son autonomie à l’égard de la physique et de la médecine que la chimie a pu se développer dans la seconde partie du xviie siècle et au xville siècle, en se présentant comme une science empirique se défiant de tout présupposé métaphysique. L’influence cartésienne semble alors s’évanouir au fur et à mesure que se développe la chimie.

affiche de la séance

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Florence THILL (2012, 23 mars). Table-ronde autour du livre de B. Joly « Descartes et la chimie ». STL- ACTUALITES. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ukll

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search