Séminaire Aristotelis Peri Ideôn ( prochaine séance : 29 avril)

Séminaire « Aristotelis Peri Ideôn »
Sous la direction de Michel Crubellier et Leone Gazziero.

La question de savoir s’il y a des Formes et de quelle manière elles existent constitue l’un des principaux problèmes que Platon et Aristote ont soulevés, résolus chacun à sa façon et légués, en tout cas, à une très longue et illustre postérité. Depuis les premières tentatives de reconstruction jusqu’aux interprétations les plus récentes, il est apparu que l’intérêt du Peri ideôn, le traité perdu d’Aristote sur les Idées, n’est pas moins historique que doctrinal. De fait, il constitue l’un des documents qui permettent le mieux d’apprécier et la position d’Aristote dans le débat que Platon et ses disciples ont engagé très tôt autour de l’hypothèse des Formes et son point de vue sur la nature des universaux. De fait, si le peu de sympathie d’Aristote pour les Idées de Platon ne fait guère de doutes, il n’est pas toujours évident de savoir quels étaient ses griefs à leur encontre et jusqu’à quel point il a rendu justice aux arguments que Platon et les autres partisans des Idées avançaient en faveur de leur existence. Tel est notamment le cas du réquisitoire qu’on peut lire – à quelques variations mineures près – dans les livres A et M des Métaphysiques. Ce dernier se caractérise, en effet, à la fois par une allure récapitulative et un style laconique ; il présuppose surtout une remarquable familiarité avec les éléments d’un débat qu’il serait malaisé de reconstituer exclusivement sur la base des vestiges qu’il a laissés dans les écrits d’école d’Aristote. D’où l’intérêt qu’une source quasi-canonique – le Peri ideôn – a suscité dans la mesure où Aristote y abordait les problèmes de savoir s’il y a des Idées, s’il est possible de démontrer qu’elles existent ou encore si les preuves à cet effet ont toutes la même valeur ou pas.
Or, en dépit de son importance et de la littérature considérable dont il a fait l’objet, il y a eu très peu de manifestations (symposia, colloques, journées d’études, etc.) organisées autour du Peri ideôn d’Aristote. Qui plus est, il n’y a pas à ce jour de numéro thématique de revue spécialisée ou d’actes de colloques qui lui soient spécialement consacrés. Le séminaire et les journées « Aristotelis peri ideôn » organisées à l’Université Lille 3 visent à combler cette lacune.

15 octobre (12h30 – 14h30),
Contenu de la séance :
12h30-13h30 : « Alexandre comme source textuelle pour l’édition d’Aristote »,  intervention de Silvia Fazzo (Università della Calabria)
13h30-14h30 : Lecture suivie du début du chapitre 9 du livre A des  Métaphysiques d’Aristote (traduction et commentaire de Michel Crubellier)

Un certain nombre de textes nous aideront à instruire ce dossier et nous serviront à la fois de fil conducteur et de passerelle vers les sections correspondantes dans le commentaire d’Alexandre d’Aphrodise (cf.,  notamment, D. Frede (2012), F. Fronterotta (2001), ainsi que et surtout Lefebvre (2008)). Pour rappel : ces textes figurent dans la bibliographie qui se trouve sur le site du séminaire à l’adresse http://periideon.hypotheses.org/

Prochaines séances : Salle Danielle Corbin (B1.661) , 12h30 – 14h30

Jeudi 25 février ( séance annulée)

Jeudi 31 Mars :

Programme :
Reprise de la lecture du commentaire d’Alexandre d’Aphrodise aux Métaphysiques d’Aristote à hauteur de la discussion des inconvénients liés à la famille d’arguments tirés des sciences (79.15). Début de l’étude des arguments visant à prouver que les Idées existent en fonction de l’unité des plusieurs (80.7).

Voir la traduction (Leone Gazziero, révisée par Michel Crubellier)


Vendredi 29 avril
Jeudi 19 mai

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *